Assemblée générale de Français du monde-adfe à Paris 2013

L'Assemblée générale de Français du Monde - ADFE s'est tenue samedi 31 août à Paris à laquelle ont participés des adhérents des sections FDM-ADFE des 5 continents. La ministre Hélène Conway-Mouret ainsi que le ministre délégué au Développement auprès du ministre des Affaires étrangères Pascal Canfin sont intervenus et répondus aux questions des adhérents.

La journée -chargée- s’est terminée par l’élection de 7 nouveaux membres du Conseil d’Administration. Félicitations donc aux 7 nouveaux membres. Nous leur souhaitons bonne chance dans leurs nouvelles missions !

(Par ordre de suffrages obtenus: Claudine Lepage (sénatrice des Francais établis hors de France), Mathias Assante (section Singapour), Florence Baillon (section Equateur), Corinne Narassiguin (Paris), Catherine Liebaut (section Pays-Bas), Stephane Mukkaden (section Norvège) et Morgane Marot (section UK)).

Rappelons que l’AG de FDM-ADFE a lieu tous les ans au mois d’août et que tous les adhérents à jour de cotisation peuvent participer!

Lien vers le site national

Facebook Francais du Monde - ADFE 

 

 

 

 

7 mai 2013, Compte-rendu de la mission du ministère des affaires étrangères concernant la fermeture de la maison de France.

Le 7 mai, élus locaux et associations reconnues d'utilité publiques furent écoutés par une mission ministérielle. Voici les principaux points qui ont été évoqués:

1. Fermeture d'un lieu historique

La plupart des associations et représentants des Français à l'Etranger ont demandés à leur membres et adhérents de donner leurs points de vue, ainsi plusieurs questions furent posées : Est-ce un replis à la place d'un redéploiement ? Faut-il le faire l'année du traité du Traité de l'Elysée ? Que va devenir le Cinema Paris, la Médiathèque? En terme de coût, combien l'Etat va t-il obtenir de cette vente (après le transfert)? Berlin, capitale de l'Allemagne, comment la France y sera représentée? Les emplois vont-ils être sauvegardés? Est-il facile (transports + sécurité) de se rendre à la Pariserplatz? Les visiteurs vont-ils faire l'amalgame entre le consulat et l'Institut Français?

2. Le coût global

Le prix de vente est estimé. La vente seule, s'évaluerait à environ 15 millions d'euros. Pour autant, nous n'avons pas encore les détails sur le coût de revient après le transfert.

3. Sécurité et emplacement

Voici les réponses apportées.

Les portillons de sécurités, seront du coté de l'entrée 'Consulat/Ambassade' et le consulat sera bien séparé de l'Institut. En cas de menaces terroristes, la Maison de France sera autant menacée que l'Ambassade. Le nouvel Institut sera placé non loin des universités, une possibilité de faire venir plus facilement les étudiants. Nous sommes plusieurs à avoir émis quelques réserves, notamment sur la réduction de la surface pour la médiathèque.

4. Transparence sur le transfert

J'ai bien voulu insisté sur la notion de clarté, pour tous les usagers de la Maison de France. Transparence en terme d'emplois gardés, transparence pour les nouvelles structures au sein de l'Ambassade pour accueillir l'Institut, transparence sur le problème de la sécurité.

Une étude sera élaborée et rendue pour le mois de septembre prochain. Des employés de l'Institut Français, des experts en sécurité, des architectes seront consultés.

Le transfert, semble donc avoir été décidé avec précipitation. Cette mission et nos interventions, ont donc exigé un travail de communication sur cette decision hâtive où l'on doit être vigilant afin de garder une structure pérenne et innovative afin d'affirmer la présence culturelle Française ici à Berlin.

Natacha Boroukhoff

Nous vous incitons à signer la pétition du personnel de la Maison de France

 


Non à la fermeture de la maison de France à Berlin

Communiqué de Claudine Lepage, Sénatrice des Français à l'étranger

Le personnel de l'Institut français de Berlin vient de m'alerter de la fermeture prochaine de la Maison de France. Très attachée à ce lieu chargé d'histoire, symbole de la présence française à Berlin et qui abrite l'Institut français  depuis 1950, je vais  dès aujourd'hui saisir le Ministre des affaires étrangères Laurent Fabius afin de demander des précisions sur cette nouvelle consternante à laquelle je ne veux, je ne peux croire. Suite...


Paroles d’entrepreneurs : Loïc Carlier, de Tours à Berlin (en passant par Saint-Pétersbourg…)

Adolescent, Loïc Carlier voulait déjà se lancer dans la création d’entreprise… Entrepreneur dans l’âme, l’envie de partir à l’étranger fait son chemin dès l’âge de 14 ans. C’est en France, à la fin de ses d’études à Sciences Po Bordeaux, qu’il participe à une journée d’information sur la Russie organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tours, grâce à laquelle il prend contact avec des entreprises françaises intéressées par le marché russe.

 

Suite sur le site national.

 


" Je suis convaincu que l'avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C'est par cette voie que l'humanité devra franchir sa prochaine étape." 

 

Stephane Hessel ( 20.10.1917 Berlin, 27.02.2013 Paris)

 


La belle victoire du mariage pour tous - Pierre-Yves Le Borgn

Sans doute me souviendrai-je longtemps du vote que j’ai émis hier en faveur du mariage pour tous. Après l’étude de près de 5 000 amendements durant deux semaines, le projet de loi sur le mariage pour tous a été adopté hier par l’Assemblée nationale. 329 voix contre 229, le résultat est net. Suite...

13.02.2013


Le mariage pour tous du point de vue allemand

La France ouvre le mariage à tous. Cette décision dans la patrie des droits de l'homme a un poids historique et une influence au-delà des frontières du pays. Après l'annonce des résultats du vote à l'Assemblée nationale, les membres de la majorité au pouvoir scandaient « égalité, égalité ». C'était une scène émouvante, car on peut absolument dire que la France a tenu aujourd'hui la promesse de 1789 sur l'égalité pour tous devant la loi pour les lesbiennes et les homosexuels ‒ avec 224 ans de retard. Lire la suite dans notre TU n°104

Günter Dworek, porte-parole du LSVD


22 Janvier 2013, réunion avec les associations Françaises de Berlin

Le 22 Janvier 2013, une rencontre au consulat fut organisée afin de rassembler plusieurs associations Françaises autour de Madame Hélène Conway, Ministre déléguée chargée des Français établis hors de France et de l'équipe consulaire. Un tour de table a permis aux associations de se présenter :

- Les associations militaires ont parlé ouvertement de la baisse annuelle du nombre et de leurs difficultés à trouver des fonds.

- L'association "Berlin Accueil" a bien souligné l'importance d'accueillir au mieux, les Français et leurs familles, faisant le choix de s'installer à Berlin.

- Les associations des parents d'élèves furent représentées en nombres. La principale préoccupation des parents concernait les activités extra-scolaires. Comment, avec quels moyens, et dans quelles conditions est-il possible de mettre en place des activités pour les enfants après les cours?

- Deux associations ont également mis en avant la recherche d'emploi. 

La section Français du Monde a donc toute sa place dans les différentes thématiques présentées lors de la réunion. Nous touchons autant à l'emploi, qu'à l'accueil des nouveaux arrivants. L'éducation est un sujet primordial, et à cela s'ajoute l'organisation d'activités culturelles. 

Un thème, celui de l'aide d'urgence aux familles, aux personnes en difficulté fut par contre abordé par la majorité des participants. Toutes les associations, présentes autour de la table, ont eu un jour à répondre très rapidement à des situations sociales très difficiles. Chaque association souhaite, ou a déjà mis en place des collectes de fonds pour répondre à ces besoins. Pour autant, elles ne suffisent pas toujours.

L'idée de Madame la Ministre, serait donc de créer des collectes de fonds communes aux associations concernées.

 

Cela ne peut se faire qu'en travaillant ensemble davantage, et en échangeant nos savoirs-faire. Ce projet collectif, permettra d'élargir le nombre de personnes ayant connaissance de ces opportunités, et par la suite, d'élargir le nombre de personnes susceptibles de recevoir ces aides.

 

Natacha Boroukhoff


Je vous adresse en ce début d'année un petit billet doux. Un peu de douceur ne peut pas faire de mal en ces mois hivernaux pendant lesquels beaucoup d'entre nous attrapent la berlinite aiguë... Je suis très heureuse d'avoir intégré nouvellement cette sympathique équipe de l'ADFE de Berlin et j'ai hâte de faire votre connaissance au détour des nombreuses activités que nous vous proposerons.

Depuis quinze ans chanteuse et berlinoise, j'espère vous faire découvrir mon sujet de prédilection, la chanson, particulièrement la chanson franco-berlinoise qui gagne tous les jours de nouvelles voix et compte parmi les formes actuelles les plus vivantes de notre amitié biculturelle. J'aimerais par ailleurs renforcer notre coopération avec diverses oasis et petites structures franco-berlinoises où vous devriez vous sentir “comme chez vous”, c'est à dire un peu ici, un peu là-bas, tels la Chansonbühne “corbo” ou le “Festival Brassens à Basdorf” (Brassens a fait son STO dans cette petite ville à deux pas de Berlin).

N'hésitez pas à me faire part de vos trouvailles, Berlin recèle d'oasis, de nouvelles poussent tous les jours et nous ne serons pas trop pour nous les faire découvrir mutuellement. L'amitié franco-allemande étant toute l'année à l'honneur, les occasions seront nombreuses pour tendre des ponts entre mémoire et présent. Pour ma part, suivant les traces de mon père qui a fait le STO j'aimerais lancer un projet de recueil de mémoires des membres de l'ADFE et de leur mise en chanson ; je vous en reparlerai bientôt.

Je vous invite déjà un premier rendez-vous autour de la Mémoire au Mémorial de Sachsenhausen le 27 janvier à 14h pour une célébration en la mémoire des Francais internés dans ce camp. N'hésitez pas de votre côté à me proposer des activités, en favorisant les événements de petite ampleur et simples à organiser qui se révèlent bien souvent plus intenses et fructueux que les grands. À tout de suite, pour une année prospère et décomplexée... Corinne Douarre