Un G8 pour rien !

Comme prévu, le G8 qui s'est tenu la semaine passée en Irlande n'a rien donné quand à la possibilité de régler le problème syrien! Si Bachar el Assad a affirmé que " si les Européens livrent des armes aux rebelles, l'arrière cour de l'Europe deviendra un terrain pour le terrorisme et l'Europe en paiera le prix ", le prix à payer pour les populations syriennes est déjà très lourd puisqu'on dépasse les 100.000 morts, l'utilisation de l'arme chimique sur son propre peuple, sans compter les camps de réfugiés qui accueillent des milliers de femmes et d'enfants près des frontières turques et libanaises.

 

Aucune avancée donc lors du G8 à Lough Erne, ou les soit-disants leaders du monde libre se sont heurtés au veto russe. Vladimir Poutine l'a clairement dit à David Cameron, puis à Barack Obama, la Russie " respecte les règles internationales et ne brise aucun accord international...(..) en vendant des armes au gouvernement légitime syrien ", tout en ajoutant que " la communauté internationale ferait bien d'en faire autant, de respecter les règles internationales ". Ce qui veut dire que Moscou n'acceptera jamais que les occidentaux livrent des armes aux rebelles syriens. Fermez le ban!

 

Remake de la guerre froide, avec des visages fermés, lors des têtes à têtes, mais il semblerait qu'en attendant la préparation d'une conférence sur la Syrie pour cet été à Genève ( baptisée Genève-2 ), les occidentaux se soient malgré tout décidé à livrer des armes aux insurgés ( missiles sol-air ), via l'Arabie Saoudite. Sur le plan diplomatique, l'Egypte vient de rompre ses relations avec Damas, ce qui isole encore plus le régime de Bachar. Ce qui est essentiel, c'est le soutien des occidentaux aux Sunnites, pour contrer l'influence de l'Iran, qui finance la terreur via le Hezbollah. Ce qui se joue dans ce conflit, qui est déjà régional, c'est de maintenir la pression sur l'Iran, qui malgré le changement de président, avec l'élection d'Hassan Rohani le week-end dernier, un modéré, est en passe de se doter de la bombe nucléaire. La Syrie, est aussi un enjeu de sécurité nationale pour l'Europe, et il serait temps de confronter les Russes. Après tout Moscou n'est qu'un nain économique avec une mono industrie ( le gaz et le pétrole ) et il serait aisé de la faire plier! A moins qu'il ne s'agisse que de " réal politique ", de lâcheté de la part des occidentaux, la Syrie n'ayant pas d'enjeux économiques comme la Libye où le Mali! Dans ce cas autant le dire, et que les chancelleries arrêtent de faire semblant de s'émouvoir de l'utilisation d'armes chimiques sur le territoire.

 

Amine Cassim

Écrire commentaire

Commentaires : 0