Le cas d'école chypriote!

Le projet européen se fissure de partout, et la troika ( Union européenne, FMI et la BCE ), avec la bénédiction de l'Allemagne, continue de faire comme si de rien n'était. Les peuples du Sud sont à genoux, mais à qui la faute? Ils ont voté pour des gouvernants qui ont fait une politique d'argent facile, et maintenant il faut payer la note! Tel est le raisonnement des payeurs.

 

Chypre, est le dernier scandale en date. En voulant ponctionner, dans un premier temps, les dépôts inférieurs à 100.000 euros à 6,75%, et les dépôts supérieurs, à 9,9%, l'Europe a ouvert une boite de Pandore. Certes, elle a fait marche arrière devant la bronca des populations, en ne taxant finalement que les dépôts supérieurs à 100.000 euros à près de 40%, mais le mal est fait. L'argent des déposants n'est plus en sécurité et même si les autorités ont affirmé que c'était un " malentendu ", qui pourra croire les promesses des Etats? 

 

Chypre aura un défaut de paiement, car l'île se rendra compte que la ponction sur les comptes n'est pas suffisante pour couvrir les 7 milliards manquants. La troika a promis un versement de 10 milliards, qui tarde à venir, et il est fort probable que le pays sorte de la zone euro. Faire un exemple, sur un tout petit pays, qui a le PIB ( produit intérieur brut ) du Limousin, sera une façon pour l'Europe de faire un test grandeur nature, sans risque, et cela sera aussi une manière de montrer aux autres pays, dits faibles, que la seule alternative pour jouer dans la cour européenne ( où allemande ), c'est l'austérité!

 

Le message de l'Europe est très clair. Tout sera fait pour sauver la monnaie unique, même si on doit sacrifier des pans entiers de populations du vieux continent, considérés comme simple variable d'ajustement. La grogne est partout, et il n'est pas loin le moment ou celle-ci va éclater, pour sortir de l'impasse, et reprendre les clés de l'Europe, des mains des financiers, pour les rendre à ses citoyens.

 

Amine Cassim

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0