Le long chemin de Damas.

La guerre civile en Syrie, si tragique, - près de 80.000 morts en 20 mois - est de plus en plus occultée par la crise économique mondiale, et l'intervention française au Mali. Ici et là nous entendons les correspondants de guerre affirmer que les rebelles syriens gagnent des positions, mais dieu que c'est long le chemin qui mène à l'expulsion de la famille Assad, et de ces sbires. Barack Obama, a refusé la livraison d'armes aux résistants, contre l'avis de la CIA, de peur que les missiles et autres M16 ne tombent dans les mains des terroristes, ou des gens proches du pouvoir. Le syndrome afghan des années 80 est bien présent, et de guerre lasse, l'opposition commence à envisager une négociation avec " quiconque participe au gouvernement de Bachar, à la condition qu'il n'ait pas de sang sur les mains. "

La Syrie n'a ni pétrole, ni gaz, et évidemment, le regard des puissances internationales est purement humanitaire, et encore, malgré les discours d'apparence, les populations réfugiées n'ont encore rien vu venir. Le chef de l'opposition syrienne, Moaz al Khatib, fait un pari osé puisqu'à travers cet acte, il essaie de diviser le régime syrien, et attirer ceux qui seraient tentés d'ouvrir une brèche dans le système.

Les choses bougent doucement, et il va être intéressant de voir la réaction russe, alors que dans le même temps, Barack Obama tend la main aux Iraniens, qui pourrait maintenir leurs intérêts stratégiques dans la région, y compris donc le soutien aux Syriens, en échange de l'abandon définitif de son programme nucléaire.

B.Obama, prix Nobel de la paix, serait-il tenté de s'asseoir sur les morts,les assassinats d'enfants, pour préserver les intérêts américains dans la région? Et l'Europe dans tout çà? La voix de Catherine Ashton est décidément inaudible, si tenté qu'elle ait quelque chose à dire!

Amine Cassim

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Juicer Reviews (jeudi, 11 avril 2013 11:17)

    I shared this upon Myspace! My friends will really want it!