Le Ying et le Yang.

Etrange traitement de l'information en France, concernnant le viol de cette jeune indienne à New-Delhi. Tous les clichés y passent - pays violent, société ou les femmes sont réduites à rien..- alors que personne ne relève l'attitude la jeunesse, qui se réveille, et manifeste dans la rue. Il faut avoir vu le film " Rang de Basanti ", sorti en 2006, ou une bande de jeunes porte le fer face à la corruption, et vont très loin dans la dénonciation du système, pour sentir que l'Inde change. Ces jeunes, de plus en plus éduqués, ont du mal à accepter le système patriarcale indien, et se rebellent, mais les médias, assez peu informés du reste du monde en général, font malheureusement peu de cas de cette transformation, de petites touches en petites touches, de la société indienne.

 

Sans doute l'Europe, prise par ce qu'Amin Maalouf appelle, dans " les identités meurtrières " , notre identité de crise ( nous y sommes depuis 35 ans! ), nous aveugle, et nous ne voyons même pas que l'Afrique, l'Inde et la Chine seront les géants de ce siècle. Trop occupés à alimenter notre matérialisme, nous nous moquons de ce qui fait la première richesse de ces continents: spiritualité et compassion.

 

Le crime de Nirhbaya fut odieux, et sera sans doute puni de la peine de mort, mais les médias français feraient mieux de passer un peu de temps en Inde, pour apprendre des autres ( pour une fois ) et ne pas constamment se référer aux clichés habituels. Au final, nos journalistes ressemblent à nos politiques. Ils se nourrissent entre eux, ne parlent aucune langue étrangère, et voyagent assez peu. Le monde bouge, et comme dirait le Dalai Lama, " avant de faire bouger les autres, il faut être son propre changement! "

 

Amine Cassim

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Centrifugal Juicer (jeudi, 11 avril 2013 09:53)

    I just shared this on Facebook! My pals will definitely enjoy it!