Ciao Bello !

 

Matteo Renzi n'aura finalement pas crée la surprise, lors du second tour des primaires italiennes, qui a eu lieu dimanche. C'est Pierluigi Bersani qui aura raflé la mise avec 60,9% des voix, tandis que Mr Renzi n'aura convaincu que 39,1% des votants. Mais il faudra compter avec l'homme fort de Florence pour jouer les troubles fêtes lors des prochaines échéances, et les observateurs sont assez d'accord pour affirmer que M.Renzi fut la surprise, et le vainqueur " moral "de ces primaires.

 

Le maire de Florence n'a pas cessé durant cette campagne de dénoncer les apparatchiks du pouvoir, en appelant à la " rottamazione ", c'est à dire à " la mise à la casse " des vieux dirigeants, ce qui a réveillé les Italiens, quelque peu dégoutés de la politique menée par S.Berlusconi. La mobilisation fut forte - 4 millions d'électeurs se sont déplacés - et comme le dit Marc Lazar, politologue et spécialiste des questions italiennes, ce succès fut " un démenti, peut être provisoire, à la défiance vis à vis des partis politiques, qui en Italie, jouissent d'une cote de confiance de seulement 4% " !

 

En tout état de cause, l'éclosion de M.Renzi, pourrait servir servir d'exemple aux autres pays européens, qui se trainent avec le même personnel politique depuis 30 ans. Matteo Renzi a apporté un souffle, de l'oxygène à une classe politique vieillissante et corrompue! Espérons que ce ne soit que le début de la vague.

 

 

Amine Cassim

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0