Le déclin n'est pas notre destin.

Très belle phrase prononcée par François Hollande lors de sa première conférence de presse réussie du quinquennat. Le rapport Gallois se met en place, la feuille de route est en mode " application ", alors pourquoi devons nous toujours réagir aux accusations des Allemands, ou à la une de " The Economist "?

 

The Economist est un hebdomadaire sérieux - la bible des milieux d'affaires - , au demeurant un excellent journal, et il n'a pas besoin de unes " outrancières " ( dixit le premier ministre ), pour faire vendre. Quand le journal avance que la France,de droite comme de gauche, est " hostile au capitalisme..(..), décourage les entrepeneurs..(...)..où les syndicats descendent dans la rue à chaque reforme.." a t-il tort? Pour ceux qui en doutent, allez donc à Londres, Barcelone, ou Varsovie, pour ne parler que de l'Europe, et vous verrez ce que nos compatriotes font, et comment ils manquent à notre pays!

 

Arrêtons aussi avec cette blague concernant la faiblesse de nos taux d'intérêts, qui serait due au changement de majorité! Nous empruntons à un niveau historiquement bas - et c'est tant mieux - car l'argent du monde, qui ne dort jamais, doit être toujours investit, et pour l'heure, vu l'état des économies du Sud, il profite à la France et à l'Allemagne. C'est juste une question d'arbitrage entre pays, et donc les investisseurs choisissent le moins pire.

 

" Le déclin n'est pas notre pas notre destin " à condition d'être honnête sur les faits ( et ils sont têtus! ), de se retrousser les manches, et de travailler dans le silence. Seuls nos actes vont parler. Toujours réagir à la pollution est une perte de temps, et surtout une marque de faiblesse.

 

Ainsi soit-il !

 

Amine Cassim

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0